Budget provincial 2022-2023 : mesures insuffisantes pour l'égalité

Le gouvernement provincial de Blaine Higgs a déposé aujourd’hui son budget pour 2022-2023. Bien que nous saluons la transparence démontrée dans l’Énoncé relatif aux effets spécifiques selon le genre, les résultats visés sont loin d’être à la hauteur des besoins des plus vulnérables de la province. Dans l’ensemble, le budget demeure modeste, et les investissements dans les filets sociaux, largement insuffisants. 

Pour la deuxième année consécutive, le gouvernement a publié un Énoncé relatif aux effets spécifiques selon le genre avec son budget. Nous saluons l’effort déployé cette année afin de rendre le processus d’analyse comparative selon le genre (ACS+) transparent. Néanmoins, un travail considérable reste à faire pour en assurer la mise en œuvre effective, et ce, dès les premières étapes des initiatives publiques. En effet, les mesures promises dans ce budget demeurent insuffisantes. Le manque criant d’investissements dans les filets sociaux tels que le logement, l’assistance sociale et les services de garde démontre que l’ACS+ n’est toujours pas menée de façon adéquate.

En matière de logement, nous constatons peu d’avancées majeures. Si quelques mesures anecdotiques sont à saluer, la majorité d’entre elles ne permettront pas de faire une différence pour les personnes les plus vulnérables. La réduction des taxes pour les propriétaires, accompagnée de mesures protectrices quasi inexistantes pour les locataires, causera, par exemple, plus de dommages à long terme que de bienfaits.  

Sur les services de garde, rien ne semble indiquer une bonification du programme fédéral. Des questions demeurent donc sur comment les services en français seront assurés. 

Enfin, si des investissements sont promis dans le secteur des soins de santé et dans le développement social, notamment une augmentation des salaires des travailleuse·eurs des services à la personne, ils restent insuffisants pour pallier les défis de notre province.

« Les personnes à la croisée des oppressions, comme les femmes racisées, les femmes immigrantes, les femmes en situation de handicap et les minorités de genres, seront malheureusement les premières à subir les conséquences négatives de ce budget », constate Julie Gillet, directrice générale du RFNB. 

Nous demeurerons à l’affût des détails qui seront précisés dans les prochaines semaines.

Abonnez-vous à notre infolettre !
Tenez-vous au courant de nos dossiers et ne manquez pas nos actualités féministes.

Devenez membre !
Ajoutez votre voix à la nôtre. Devenir membre, c’est poser une action concrète pour faire avancer l’égalité des genres au Nouveau-Brunswick!

Devenir membre