Communiqué de presse Le 6 octobre 2008

UN DÉBAT POLITIQUE MET EN RELIEF LES QUESTIONS QUI PRÉOCCUPENT LES FEMMES

À MONCTON-RIVERVIEW-DIEPPE

Ce soir (6 octobre), tous les candidat.e.s de Moncton-Riverview-Dieppe ont exposé leur vision sur les questions qui touchent les femmes dans le cadre d'un débat sous le thème « Le vote des femmes compte ».

« Malheureusement, plusieurs questions d'importance pour les femmes sont oubliées dans les présentes élections » affirme Huberte Gautreau, présidente de la Coalition pour l'équité salariale. « Pourtant, les femmes représentent 52 % de la population."

C'est pourquoi, six organismes du N.-B. ont organisé ce débat en mettant l'accent sur des sujets tels que : les garderies, l'équité salariale, le choix en matière de reproduction, la représentation des femmes en politique et le financement pour la démocratie.

« Le gouvernement Harper a nui aux femmes", rappelle Michèle Caron, présidente du Regroupement féministe du N.-B., « Il a annulé les débuts d'un système national d'apprentissage précoce et de garderie, coupé le financement accordé aux groupes de femmes pour la revendication et la recherche, refusé d'adopter une loi sur l'équité salariale et un de ses membres a introduit le Projet de loi C484 – une tentative pour re-criminaliser l'avortement. »

« L'expérience du passé nous montre que les Conservateurs de Harper prendront des décisions sur une base idéologique et non selon les besoins des femmes » soutient Jody Dallaire de la Coalition des services de garde à l'enfance du N.-B. « C'est pourquoi nous encourageons les Néo-Brunswickoises et les Néo-Brunswickois à voter pour un parti politique qui reconnaît l'importance de l'égalité pour les femmes ».

# personnes ont assisté au débat ce soir (6 octobre), au Studio 700, Moncton. L'événement était organisé par la Coalition des services de garde à l'enfance du N.-B., la Coalition pour l'équité salariale, le Conseil du travail de Moncton & région, la Fédération canadienne des femmes diplômées des universités, le Regroupement féministe du N.-B. et la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus de Moncton.
REGROUPEMENT FÉMINISTE DU NOUVEAU-BRUNSWICK
Un nouveau regroupement d'action pour l'égalité est né!

(Bathurst, N.-B.) le 9 juin 2007 – Les femmes francophones du Nouveau-Brunswick disposent maintenant d'une nouvelle voix pour faire avancer leurs causes. En effet, le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick a été fondé aujourd'hui à Bathurst, avec comme mandat l'action politique revendicatrice et la mobilisation pour la défense et la promotion des droits des femmes, à partir d'une analyse féministe.

Lors de cet événement historique pour les femmes francophones et acadiennes de la province, les femmes présentes ont élu Florine LeBlanc comme présidente du nouvel organisme : «C'est un moment historique au Nouveau-Brunswick, les femmes francophones se sont donné une voix forte pour travailler sur les dossiers prioritaires qu'elles ont identifiés ».

Les participantes à l'assemblée de fondation ont confirmé l'importance de travailler au dossier de l'équité salariale, mais elles ont également retenu les dossiers prioritaires suivants :
La participation des femmes en politique
Les services de garde à l'enfance
La prévention de la violence
Les services de santé alternatifs en région

Le conseil d 'administration compte également :
Vice-présidente :Raphaëlle Valay-Nadeau
Trésorière :Simone Rainville
Secrétaire :Monique Gauvin
Administratrices :
Kafiy Nzeya-Weva
Paulette Sonier-Rioux
Nicole Lang
Odile Gauvin-Mallet
Michèle Caron

Les participantes, des membres individuelles et des représentantes de divers organismes provinciaux, ont adopté les statuts et règlements de l'organisme ainsi que sa Charte de principes auxquels les membres du Regroupement devront adhérer.

La formation de ce nouveau regroupement découle directement des États généraux des femmes en Acadie du Nouveau-Brunswick, tenus sous le thème « Oser voir l'avenir différemment», en septembre 2006. Les femmes en Acadie du Nouveau-Brunswick avaient alors décidé de se doter d'un nouveau regroupement provincial pour faire avancer les dossiers qui les préoccupent. Les Actes de ces États généraux ont d'ailleurs servi comme outil de travail aux participantes lors de cette assemblée de fondation.

– 30 –