À propos

Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB) est issu des États généraux des femmes en Acadie du Nouveau-Brunswick qui se sont tenus en septembre 2006 à Bathurst et à Beresford (Leblanc-Rainville, 2012, p.303). Organisés par la Fédération des femmes acadiennes et francophones du Nouveau-Brunswick (autrefois connus sous le nom de la Fédération des Dames d’Acadie) et ayant comme thème : Oser voir l’avenir différemment!, ces États généraux avaient  pour mandat de consulter et de mobiliser les femmes acadiennes du Nouveau-Brunswick afin d’identifier les enjeux prioritaires et de déterminer l’orientation voulue pour l’instauration d’un nouveau type de regroupement provincial plus ouvertement féministe et militant, destiné à faire valoir les droits et les intérêts des femmes acadiennes (Leblanc-Rainville, 2012, p.304). Les particularités choisies par les participantes étaient : un regroupement non partisan, composé d’organismes, mais également de membres individuelles et faisant de la revendication et de l’action politique à partir d’une perspective féministe (Leblanc-Rainville, 2012, p.304). 

1er CA du RFNB
Quelques mois plus tard, le 9 juin 2007, une soixantaine de femmes se rencontrent à nouveau à Bathurst et fondent officiellement le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB). Florine LeBlanc fut la première présidente du RFNB, la vice-présidente Raphaëlle Valay-Nadeau, lui succédera quelques mois plus tard puis sera remplacée à son tour par Michèle Caron. Les autres membres du premier conseil d’administration étaient : Monique Gauvin (secrétaire), Simone LeBlanc-Rainville (trésorière) et les conseillères : Kafiy Nzeya-Weva, Paulette Sonier Rioux, Nicole Lang, Odile Gauvin-Mallet et Michèle Caron. L’obtention d’une loi concernant l’équité salariale s’est avérée le premier dossier prioritaire de l’organisme déterminé par l’Assemblée générale (Leblanc-Rainville, 2012,p.306). 


Des réussites pour toutes les femmes

Depuis sa création, le RFNB a su établir sa crédibilité auprès de sa collectivité en intervenant à maintes reprises dans les médias afin de défendre les droits et les intérêts des femmes francophones du Nouveau-Brunswick dans toute leur diversité et en jouant un rôle clé au sein d’organismes partenaires. Le RFNB a d’ailleurs piloté de nombreux projets.


I). L’utilisation accrue de l’analyse inclusive selon le genre (AIG), dont le RFNB fait la promotion depuis plusieurs années (Voir le Rapport annuel 2014-2015 du RFNB). Notons :

·      Le lancement, en 2013, d’une initiative pan-gouvernementale (provincial, N-B) sur l’AIG par la Direction de l’égalité des femmes du N.-B. et la mention (et donc le maintien de l’engagement) de cette initiative dans le discours du trône du nouveau gouvernement élu en 2014.

·       La participation de la direction générale du RFNB au Groupe de travail interministériel pour le développement d’un outil et d’une stratégie de mise en œuvre de l’AIG au sein du gouvernement provincial.

·       La coordination de projets pilotes d’utilisation de l’AIG au sein de deux organismes communautaires.

·       L’organisation, en collaboration avec Relais-femmes, d’un séminaire sur le budget genré et l’analyse inclusive selon le genre (Montréal, 2013).



II). La promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes dans la communauté acadienne avec, entre autres :

·      La présidence du comité de la SANB pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la communauté acadienne du Nouveau-Brunswick, grâce à qui :

o   Des modifications ont été apportées aux statuts et règlements de la SANB visant à favoriser une représentation équitable des femmes et des hommes au sein du conseil d’administration de l’organisme.

o   Le rapport Représentation des femmes aux postes de décision de la communauté acadienne et francophone du Nouveau-Brunswick (disponible à l’adresse suivante :

http://sanb.ca/media/68676/Rep-femmes-postes-de-d%C3%A9cision.pdf) a été publié.

·      La création en 2013 d’une voix indépendante, le Forum de concertation Voix des femmes du Nouveau-Brunswick, suite aux efforts concertés des femmes et des groupes de femmes de la province.

Voir le Rapport annuel 2014-2015 du RFNB.



Femmes medias AcadieIII). La réalisation du projet Femmes et médias en Acadie. Ce projet d’une durée de trois ans a permis        
au RFNB :


·      D’offrir à trois reprises de la formation à des femmes francophones dans la province;

·      D’effectuer une tournée afin de rencontrer des journalistes des quatre coins de la province pour échanger avec eux sur leurs opinions par rapport à la place des femmes dans les médias en Acadie, tout en les sensibilisant à la nécessité d’une représentation plus équitable;

·      De créer une liste d’intervenantes médiatiques comprenant plus de 115 noms de femmes pouvant commenter sur divers sujet d’actualité;

·      Et enfin, la tenue, en collaboration avec le département d’information-communication de l’Université de Moncton, campus de Moncton, d’une conférence de presse afin de publier les résultats de l’étude intitulée : Les femmes dans les nouvelles réalisée par les professeurs François Giroux, Gervais Mbarga et Abbé Lanteigne.


Voir la section Femmes et médias en Acadie pour tous les détails.


logo sommet



IV). La planification et l’organisation du Sommet des femmes sous le thème « Partout, les femmes
décident…les femmes agissent » du Congrès mondial acadien 2014. Plus de 200 femmes se sont rassemblées dans la région des terres et forêts, soit les régions Victoria, Restigouche et Madawaska au Nouveau-Brunswick, la région d’Aroostook au Maine et la région du Témiscouata au Québec. Ce grand rassemblement a permis de réfléchir aux contraintes systémiques et de tenter d’identifier des pistes de solutions à la participation des femmes dans les processus décisionnels, particulièrement en Acadie. 

Voir la section Sommet des femmes pour tous les détails.





Consultez la section « dossiers » pour de plus amples informations concernant les divers projets du RFNB.



Les défis à relever

En terminant, le RFNB continuera à défendre les intérêts des femmes acadiennes et francophones. Le regroupement est né de la volonté collective des femmes de la province d’agir pour une plus grande justice sociale; pour une égalité réelle entre les genres. Ce n’est qu’à travers cet engagement pour et par les femmes que nous pouvons assurer la continuité de nos actions.

Les défis restent encore nombreux :

-       Dans nos communautés, trop peu de femmes se retrouvent à des postes de pouvoir, la représentation étant encore plus faible pour les femmes immigrantes, autochtones, ayant un handicap, etc.;

-       Les droits reproductifs dans les provinces atlantiques sont encore incertains;

-       Une culture de harcèlement persiste au sein de nos milieux de travail et d’étude, la majorité des agressions sexuelles n’étant pas dénoncées;

-       Le revenu des femmes correspond à 67 % du revenu des hommes, cet écart s’agrandissant pour les femmes immigrantes et autochtones.

-       Nos milieux sont encore trop peu inclusifs pour des femmes immigrantes, réfugiées, autochtones et ayant un handicap.



La vigilance est de mise, car nos luttes nous ont appris que rien n’est acquis. Néanmoins, ne manquant pas de persévérance et de passion, un des plus grands défis auxquels est confronté notre organisme demeure assurément le manque de financement.



Pour en savoir plus, consultez le Rapport annuel 2014-2015.





____________

Notes :



LeBlanc-Rainville, S. (2012). Corinne Gallant : Une pionnière du féminisme en Acadie. Moncton : Institut d’études acadiennes.


Gouvernement du Nouveau-Brunswick. (2014). Profil Égalité: Femmes du Nouveau-Brunswick. Bureau du Conseil exécutif. pp.1-121.


Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick. (2015). Analyse inclusive selon le genre (AIG) au niveau provincial. Rapport annuel 2014-2015.