btn implication
Le RFNB lance sa première campagne de financement

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Les femmes sont les grandes oubliées
du plan de relance économique fédéral

Les femmes ont été laissées pour compte dans le budget fédéral déposé hier. C'est la conclusion à laquelle viennent trois des principaux groupes de femmes du Nouveau-Brunswick.

«Cette crise financière et économique fera des victimes. Il appartient au gouvernement qui nous représente d'utiliser nos ressources communes pour s'assurer qu'elle ne creuse pas encore plus les inégalités », affirme Michèle Caron, présidente du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick.

« Malheureusement, tout nous indique que les besoins économiques des femmes passent au second plan pour le gouvernement fédéral : un recul sur l'équité salariale, l'absence d'investissements en infrastructures sociales telles que les garderies, la réduction prévue des transferts fédéraux au Nouveau-Brunswick, aucune réduction des heures éligibles pour le régime d'assurance-emploi, » soutient Michèle Caron.

Huberte Gautreau, présidente de la Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick est particulièrement déçue. « Le budget Flaherty promet de faire exactement le contraire de ce que nous demandons au gouvernement fédéral
depuis des années. Au lieu d'adopter une loi proactive pour assurer l'équité salariale, il veut réduire la responsabilité des employeurs de juridiction fédérale en soumettant l'équité salariale à la négociation collective et éliminer le recours juridique. De plus, il veut adopter une loi pour limiter les hausses salariales annuelles du secteur public alors que certaines femmes ont des années de discrimination salariale à rattraper ».

Jody Dallaire, directrice générale de la Coalition pour des services de garde à l'enfance du Nouveau-Brunswick, dénonce l'absence de financement pour bâtir un système de garderies. « Tout le monde s'entend pour dire que le gouvernement doit investir en temps économique difficile. Mais le gouvernement fédéral refuse d'investir dans des garderies. Ce sont des infrastructures sociales réclamées depuis des décennies pour aider les femmes et leur famille à participer à l'économie ». En 2004, l'OCDE attribuait au Canada le dernier rang parmi les pays industrialisés pour ce qui est de l'accès aux services de garde et de leur financement public.

-30-

Conseil d'administration

Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick a pour mission de faire valoir les intérêts et les droits des femmes francophones du Nouveau-Brunswick

Nous joindre

Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick
236, rue Saint-George, bureau 416
Moncton, Nouveau-Brunswick
Canada, E1C 1W1
Téléphone: (506) 381-2255
Télécopieur: (506) 854-9728

Envoyez-nous un courriel